1er mai 2020 pluvieux, mais heureux …….

Cette période de confinement inspire les jardiniers du jardin des Coccinelles

Merci à Yves pour ce beau texte en ce 1er mai.

 

En ce temps de confinement, partageons tous nos  sentiments :

Face à nos peurs, bien naturelles, posons des couleurs aquarelles :

Du jaune orangé des escholtzia retenons le soleil, la chaleur et la douceur des relations humaines,

Coquelicots et pavots, loin du rouge de la colère, nous guident vers leurs vertus d’apaisement,

De toutes les nuances de verts tirons les leçons de la diversité

Du brun de la terre, qu’il est si bon de toucher pour planter la vie et penser ses cycles, jouons  de l’ombre et la lumière

Lilas, roses, muguets, composent pour nous un univers de couleurs et de parfums mêlés,….

 

Les oiseaux ne cessent de chanter le printemps …

  Alors,…

Que les masques ne nous fassent pas oublier de sentir et ressentir,

Que les règlements ne nous fassent pas oublier notre humanité,

Rappelons-nous que notre jardin est partagé et la coccinelle symbole de liberté

Alors … Soyons prudents mais ne soyons pas fermés et vivons, en restant ouverts à tous.

Yves RONOT, le 1er mai 2020.

 

Confiance retrouvée au jardin… Ou comment le jardin est un outil de socialisation, un tiers-soignant

Installez vous confortablement pour cette lecture qui va être un peu longue mais ça vaut la peine ……..

Je vais vous raconter une belle histoire qui vaut la peine d’être connue.

Je ne commencerais pas par il était une fois…., mais il faut garder son âme d’enfant, sa sensibilité d’enfant, se laisser émerveiller, transporter, laisser ses préjugés, ses jugements d’adultes et ouvrir son cœur pour découvrir des personnes sensibles en recherche d’harmonie, de belles relations humaines, de confiance en elles et en les autres et de beaucoup de choses insoupçonnées qui vont naître au fur et à mesure des échanges et des rencontres.

Cette belle histoire se passe à côté de chez vous, dans un endroit que vous connaissez bien puisqu’il s’agit du jardin « des  Coccinelles de sans souci »

 

Cette belle histoire a commencé il y a maintenant plus d’un an.

Elle est née de la volonté de rapprocher deux mondes, celui du médical (le monde du blanc) et celui du végétal (le monde du vert) et ceci au service de l’humain.

 

Quelque part, pas très loin du jardin, des personnes du monde médical et qui font également  partie du jardin pour certaines d’entre elles, ont eu envie d’utiliser celui-ci comme outil de médiation végétale.

 

Claire D, qui travaille au Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) du secteur des 3ième et 6 ième arrondissements, dépendant du Centre Hospitalier Le Vinatier et situé dans le quartier de la Villette, a proposé au CA qu’un groupe constitué de patients et de soignants se rende régulièrement au jardin pour bénéficier de ses vertus. Et le CA a accepté de se lancer dans l’aventure, qu’il en soit remercié !

Pour information, le CATTP propose des activités thérapeutiques groupales hebdomadaires, selon un contrat de soin, visant au soin et à la réhabilitation de personnes soignées en psychiatrie, sorties de l’hôpital pour la grande majorité. Cela peut être centré sur des sorties culturelles, des soins de musicothérapie, des activités créatives manuelles…

Pour le cas précis de la médiation jardin, l’idée était d’aider des personnes en souffrance psychique à reprendre confiance en elles, en les autres, en leurs capacités, créer du lien social, créer le sentiment d’appartenir à un groupe, créer de la reconnaissance sociale, et la liste pourrait être longue tant les bienfaits du jardin sont importants.

Cette approche à un nom, encore très peu connu en France, mais développée aux États Unis, au Japon, en Suisse, en Australie, au Danemark ……  

Il s’agit de l’hortithérapie    (rien à voir avec les orties, pourtant plante très intéressante au jardin) mais plutôt de la contraction entre Horticulture et Thérapie.

Mais  l’hortithérapie c’est quoi ? comment ça marche ??                                                                                                                                               Tout simplement cela consiste à « utiliser les plantes et le végétal comme médiation thérapeutique sous la direction d’un professionnel formé à cette pratique pour atteindre des objectifs précis adaptés aux besoins du participant ».définition de l’American Horticultural Therapy Association (AHTA)

C’est pour cette raison que des soignants doivent toujours être présents aux séances afin de faire le lien avec le jardin et les jardiniers, de percevoir l’état de santé des patients et de veiller à leur bien-être, les accompagner afin de vivre au mieux la séance proposée.

Le soigné devient soignant à son tour en prenant soin du jardin.          

Les séances sont encadrées par des soignants (en civil, je précise. Ce ne sont surtout pas des soignants en blouses blanches) et des jardiniers disponibles au moment des séances, en semaine.

Ce qui rend l’hortithérapie si unique réside dans le fait que l’on travaille avec le vivant (le végétal) pour le vivant (le patient).

 Le jardin devient un tiers-soignant, c’est un médiateur de mieux-être et de santé.
Ce n’est pas comme on pourrait le croire, une thérapie par les plantes médicinales, mais plutôt une thérapie par l’action du jardinage et du contact avec la nature sur le corps, l’esprit, le mental.

Éveiller tous les sens, restaurer la vitalité et stimuler les émotions positives grâce aux éléments naturels du jardin.

L’hortithérapie permet à des personnes souffrant de troubles psychiques de reprendre pieds avec la réalité et s’ouvrir à la relation aux autres.

 

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus je vous invite à aller faire un tour sur le site de la Fédération Française Jardin, Nature et Santé.

https://f-f-jardins-nature-sante.org

 

 

 

Vous pouvez aussi suivre l’actualité du jardin sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/jardinpartagecoccinellessanssouci

La suite de l’histoire, maintenant que le décor est planté.

Nous avons volontairement mis les initiales des prénoms des personnes (le but n’étant pas de les identifier mais qu’elles soient les personnages principaux de l’histoire)

Depuis le début de l’aventure, nous avons un groupe d’une dizaine de personnes adultes, hommes et femmes, quasiment toujours les mêmes, (sauf quelques absences, ou petits changements).                                                        C’est très important pour créer des liens avec ces personnes, que le groupe soit quasiment toujours le même.

Cela contribue et fait partie des bénéfices apportés par les séances.

Les personnes qui participent  sont très motivées, malgré la météo qui n’est pas toujours favorable. Et quasiment aucunes séances n’a été annulée. Leur nombre a même plutôt augmenté au fil du temps et va se poursuivre dans les prochains mois.

Depuis le début, nous avons appris à nous connaitre, nous faire confiance, nous apprivoiser toujours dans la bienveillance, le respect et le plaisir de chacun.
Ce sont les maitres mots, le fil rouge de chaque séance.

Chaque séance est différente de par la saison, la météo, les activités que nous faisons au jardin, l’humeur et les envies des personnes …….

Il y a B, R, C, S mais aussi C, O, V, J, M…. Tous et toutes sont très contents de venir au jardin. Ils nous le disent et leur témoignage en est l’exemple.

« Je vais beaucoup mieux depuis que je viens au jardin « m’a dit R

« Je ne pensais pas être capable de faire ça » disait M lors de la taille des framboisiers.

« J’aime bien et suis content quand je sais que je vais venir au jardin » disait C

 

Ce ne sont que quelques témoignages. Parce qu’au fil du temps la confiance entre nous est de plus en plus présente et cela favorise la parole et les échanges.

Même les encadrants soignants  Brigitte, Estelle et Claire adorent ces moments de pause et de tranquillité, qui pourtant sont pendant leurs heures de travail. Mais ce sont des moments où le jardin joue pleinement son rôle de lieu apaisant, de ressourcement et améliore la qualité de vie des personnes l’espace d’un instant qui durera au fil des séances.

Chacun y trouve du plaisir et repart « rebooster » en attendant la prochaine séance.                                                                                                                   

 

Les activités réalisées au jardin ont été multiples et variées et tout le monde a trouvé sa place en fonction de ses envies.

Nous avons au fil des saisons, fait du bricolage, du jardinage, du « papotage »…

 

Autour d’un escargot égaré dans le jardin, d’un rosier à tailler, de légumes à semer ou d’un thé en fin de séance.

La convivialité fait aussi parti de ces moments privilégiés.

 

Planter, bêcher, arroser, récolter, nettoyer, réparer, poncer, peindre, tailler des framboisiers, construire des barrières ne sont que quelques exemples des activités que nous avons partagé simplement dans le jardin.

Les  photos sont là pour témoigner de toute la diversité des activités et de la vie du jardin à travers ces moments de partage.

Merci à toutes et tous pour votre confiance et rendez-vous bientôt à la prochaine séance.

Christine B et  Claire D

Découverte du jardin en Automne avec la Crèche des Souris Vertes

C’est par une belle matinée ensoleillée, le jeudi 10 octobre, que nous avons accueilli Agnès, Christine T et Christine B la crèche des Souris Vertes pour une visite et découverte sensorielle du jardin.
Il avait mis ses belles couleurs d’automne et en parcourant les allées nous avons pu découvrir toute la beauté des fleurs et la richesse des légumes présents au jardin en cette saison.

4 adorables petites filles avec 2 accompagnatrices sont venues d’une crèche voisine pour admirer, gambader et profiter de ce contact avec la nature trop souvent absent en ville.

 

 

 

 

Les sourires sur les visages ont été le plus beau des cadeaux. Nous avons toutes passé un agréable moment riche en partage et en émotions.

Faire découvrir le jardin à de si petits bouts de chou est primordial pour leur développement futur et l’importance de ce contact avec la nature et le végétal est souvent encore méconnus.

Beaucoup d’enfants urbains vivent aujourd’hui entre quatre murs, coupés de la nature.

Les écrans, les emplois du temps surchargé, la peur de l’insécurité, tout retient la nouvelle génération à l’intérieur. Un constat inquiétant, alors que jouer dans la nature, être en contact avec elle, toucher, sentir les fleurs, voir les légumes pousser est essentiel au développement humain. Cela semble anodin mais ça ne l’est pas du tout.

Une journée mondiale « ECOLE EN PLEIN AIR » a même été crée. Elle a lieu le jeudi 21 mai 2020. Si vous souhaitez en savoir plus je vous invite à découvrir le site journeeecoleenpleinair.fr pour avoir toutes les explications.

Au fil de la visite nous  avons :

  • expliqué qu’il fallait marcher dans les allées uniquement entre les cailloux
  • montré les fleurs de dalhia, de soucis, de roses, de lavande,
  • fait découvrir les tomates, les courges, les aubergines,
  • fait sentir le basilic, le thym, le romarin, la verveine.

Bref une visite bénéfique pour tout le monde et que nous referons prochainement en décembre. Le jardin en hiver nous offrira  un tout autre spectacle.

Des dates seront programmées en 2020 suite à la demande de la crèche qui apprécie beaucoup cette démarche.

A bientôt au jardin …… pour de nouvelles visites sensorielles ……

 

 

Retour sur l’atelier « bombe à graines » à la Bibliothèque Lacassagne suivi d’une balade urbaine

Un samedi après-midi 4 mai très sympathique sous le signe de la bonne humeur, du partage, des rencontres et des échanges autour d’un thème qui a enchanté tous ceux qui avaient eu envie de venir découvrir les bombes à graines. En famille, entre amis, entre copines, hommes, femmes, enfants : tous ont été curieux et intrigués par cet atelier au nom mystérieux et au sujet quelque peu insolite.

La Bibliothèque Municipale avait installé une grande table autour de laquelle on a pu s’installer et chacun a pu, selon ses envies, fabriquer ces bombes à graines avec du terreau, de l’argile, un peu d’eau et bien sûr des graines de fleurs. Continuer la lecture