Balade avec la LPO entre Confluence et Gerland

Petit retour sur notre sortie ornithologique du 22 juin … Départ au petit matin depuis le jardin partagé en direction du musée des Confluences.

C’est, en effet, là que nous retrouvons Chloé, éducatrice à l’environnement au sein de la LPO du Rhône, ainsi que le point de départ de notre marche d’observation de la faune et de la flore autour de cette belle trame bleue qui entoure la presqu’ile et longe le parc de Gerland.

Le parcours débute aux abords du musée, avec les moineaux qui tentent de nicher au-dessus des réverbères implantées dans les murs du musée, la pie qui cherche de quoi jouer jusqu’aux héron, milan noir, bergeronnettes, cygnes blancs et … noirs ainsi que des goélands qui profitent des vastes espaces et de l’étendue d’eau de la Confluence. Continuer la lecture

Un nouvel hôtel à insectes à Sans-Souci

Après plusieurs semaines de construction, le nouvel hôtel à insectes des Coccinelles de Sans-Souci a trouvé sa place dans le jardin partagé.

Il permettra à de nombreux auxiliaires de trouver un abri, de se fixer sur notre jardin partagé afin de polliniser au mieux nos cultures, et aussi de créer un équilibre avec d’autres insectes un peu moins amicaux pour les plantes de notre jardin.

Cet hôtel à insectes est situé dans l’espace central non loin de la mini serre, au plus loin des sources lumineuses et dispose de plusieurs compartiments différenciés pour accueillir différentes espèces d’auxiliaires et de pollinisateurs :

  • des lames de bois verticales séparées par des rondelles de bouchon de liège pour accueillir les coccinelles,
  • des rondins de bois percés ainsi que des bambous de différentes sections pour accueillir les abeilles solitaires, syrphes et autres bourdons,
  • des tiges à moelle de topinambour ou de framboisiers pour différents types d’insectes,
  • de l’argile (actuellement en train de sécher) pour les bourdons terrestres et autres osmies ,
  • des chambres :
    • avec fentes horizontales remplies de paille pour le gite des chrysopes,
    • avec fentes verticales remplies de brindilles pour le gite des papillons,
  • un pot en terre rempli de paille ainsi que des tessons de pots pour les forficules,
  • des pommes de pin pour les chrysopes, carabes mais aussi les coccinelles,
  • à venir : un compartiment en carton ondulé qui pourra permettre à des chrysopes un autre logement si la chambre à fentes horizontales ne convient pas,

Il reste une ou deux finitions pour accueillir tous ces auxiliaires, en attendant : un grand bravo aux réalisateurs 🙂 !