Semaine nationale du compostage de proximité

Notre site de compostage participe rcc2016-banniere-300x300pxà cette semaine, du 1° au 10 avril 2016 : http://www.semaineducompostage.fr/composter/visiteurs

Comment?
Tout simplement en ouvrant nos permanences à tous. En effet, les samedi 02, mercredi 06 et samedi 09 avril, exceptionnellement : elles dureront 1 h (au lieu d’1/2 h) .

Même si vous ne tenez pas la permanence ce jour-là, restez un peu plus pour parler de votre expérience aux visiteurs.
Vous pouvez apporter à boire ou à grignoter, ce sera encore plus convivial!
à bientôt
Annie

Quelques informations sur le lombricompostage

Messieurs, qui vous plaignez que vos poubelles sont trop lourdes … et mesdames qu’une plante est toute rabougrie ;  Il existe une solution : le lombricompostage !

Le lombricompostage : késako ?

Un élevage de vers de terre / lombrics utilisés pour consommer vos déchets organiques (épluchures, marc de café, restes divers de repas) et vous produire un engrais liquide riche en azote et du compost à réutiliser dans vos plantes d’appartement.

Le lombricompostage : comment fait-on ?

Les lombrics ne sont pas très difficiles pour peu qu’on soit un minimum attentifs à leur bien-être … Ils n’aiment ni les grands froids <0° C, ni les grosses chaleurs > 35°C (15-25° idéal pour leur appétit). A défaut que vous ne les acceptiez dans votre appartement ou sur votre terrasse correctement exposée, une cave ou un garage conviendra très bien !

Si vous avez de l’imagination, vous pouvez soit construire une maison pour vos futurs petits animaux de compagnie, ou bien vous en procurer une dans le commerce ou par le biais de votre commune ou communauté d’agglomération qui s’intéresse à la diminution des déchets organiques car, pour faire simple : moins il y en a dans les ordures, moins ça coûte et mieux ça brûle.

Les lombrics : ça mange quoi et comment on s’en occupe ?

Les lombrics mangent quasiment tout. Par contre tout n’est pas bon à leur donner … La viande et les œufs vont provoquer de mauvaises odeurs et attirer des mouches ce qui ne va pas vous inciter à vous occuper de vos vers, et votre expérimentation risque de tourner à la tragédie.

De même certains aliments comme les peaux de fruits très largement traités (banane, globalement tous les agrumes, …) qui mettent beaucoup de temps à se dégrader et surtout nuisent à la santé des vers et à la qualité future du compost. Les cœurs de légumes ou fruits avec de nombreuses graines (tomate, concombre, aubergine, citrouille …) sont à éviter sous peine d’avoir des dizaines de plants de tomate dans vos pots de fleurs. C’est à vous de voir.

Par ailleurs, en plus des déchets de cuisine, les lombrics apprécient d’avoir du carton afin que le milieu soit équilibré et pas trop humide. La composition du compost n’en sera que meilleure (équilibre entre déchets verts et déchets bruns).

Des conseils pour bien démarrer ?

La décomposition de certains végétaux (fanes de radis, par exemple) provoque une acidification importante du milieu. Du coup, quand vous consommez des œufs, récupérez les coquilles vides, faites-les sécher réduisez-les en petits morceaux (à l’aide d’un pilon, par exemple) et incorporez-les aux déchets. Ils réduiront l’acidité et fourniront des nutriments, comme le calcium, qui sont indispensables à certaines étapes végétatives des plantes.

Au démarrage, il convient de ne pas trop nourrir les vers, il faut leur laisser le temps de s’adapter au milieu et les nourrir de plus en plus au fur et à mesure que la colonie va grossir.

Afin d’éviter les problèmes d’odeurs qui peuvent exister dans certains cas, je conseille de garder un bac avec uniquement de la terre / ou du compost précédemment récolté en haut du lombricomposteur. Ça permet d’avoir une réserve de terre en cas de besoin, les odeurs ne vont pas passer, les indésirables (mouches, moucherons) ne vont pas non plus être attirés et se reproduire dans le compost, et la terre étant moins humide, les vers vont y pondre assez facilement.

Le marc de café a des vertus intéressantes sur les vers de terre … n’étant pas un buveur de café, je n’ai pas pu tirer de conclusion mais c’est ce que j’ai pu lire.

En parlant de lecture, voici quelques articles / liens ou livres bien utiles pour commencer le compostage ou le lombricompostage :

A titre personnel, j’utilise un lombricomposteur de type Lombribox depuis 3 ans. Il est à l’ombre sur le balcon, sauf dans les périodes trop chaudes (plusieurs jours avec chaleur > 35°C) ou trop froides (plusieurs jours avec T < 0°C) où une migration saisonnière le transporte dans le garage. Je n’ai jamais vraiment rencontré de problème: j’ai suivi les conseils des sachants, à savoir : remué l’ensemble environ une fois par semaine, mélangé matière sèche et matière organique et récupéré le thé de vers quand … il y en a !
Je possède 3 bacs, dont les seules modifications apportées sont le remplacement des cales en mousse par des cales plus longues (et plus solides) en bois me permettant d’avoir des volumes supérieurs (maintenant ce composteur est fourni avec des cornières pour tenir le même rôle) :

  1. Le bac inférieur qui récupère les déjections des vers,
  2. le bac intermédiaire dans lequel je place toute la nourriture,
  3. le bac supérieur qui me sert à stocker le lombricompost issu du bac inférieur et qui en même temps permet de faire un filtre contre les éventuelles odeurs et empêche les mouches et autres moucherons d’aller inspecter le bac intermédiaire.

Si j’y suis arrivé, c’est que ce n’est pas compliqué, alors à vous de jouer 🙂 !
Loïc